¨
Partagez|

Paradis Sanglant║Demain est un autre jour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Invité.
Invité
MessageSujet: Paradis Sanglant║Demain est un autre jour. Ven 21 Aoû - 14:47
Paradis Sanglant.
▬ NOMS : Petit Ciel - Nuage Sanglant - Paradis Sanglant - Étoile Sanglante.
▬ SEXE : Femelle.
▬ AGE : 26 lunes physiquement. 38 mentalement. (38 (l'âge qu'elle aurait si elle n'était pas morte) - 12 (le nombres de lunes qu'elle a vécu dans sa première vie) = 26)
▬ ORIGINES : Dans sa première vie, elle naquit dans le Clan des Arbres, mais un renard la fit fuir dans le Clan de la Lune Noire, où elle fut adoptée (elle était trop jeune pour se souvenir de son Clan). À présent, dans sa seconde vie, elle vie le jour au sein du Clan de la Lune Noire.
▬ FAMILLE : Ses anciens parents, du Clan des Arbres, étaient Étoile de Rêve et Rubis Enflammé, devenu Étoile du Rubis Enflammé.
Ses parents adoptifs, lors de sa première vie, répondent à ces noms : Murmure Chaotique pour la mère, Fumée du Dragon pour le père. Ils sont tous les deux décédés, tué par un renard.
Ses nouveaux parents, sans nom ou caractère définit. La mère a un pelage doré, mais il peut être tigré. Elle a les yeux bleus.
Petite Rose, sa sœur dans cette nouvelle vie. Elle est décédée, tuée car elle en savait trop.

▬ CLAN : Clan de la Lune Noire.
▬ RANG : Guerrière.
Caractère

Depuis ta première naissance, il y à exactement 38 lunes, ton caractère a eu le temps de se forger, de se changer, d’évoluer. Tu étais, à l’origine, un chaton joyeux et vif, avec presque trop d’énergie. Curieuse, tu embêtais les adultes en partant en exploration partout où tu pouvais fourrer la truffe. Après la perte de tes parents adoptifs, que tu pensais être tes véritables géniteurs, ton monde s’effondra. Tu bataillas, pauvre boulle de poils, pour conserver cette joie de vivre qui te caractérisé. Mais bien vite, un faussé se créa entre toi et tes compagnons de Clan. Sans qu’ils ne l’aient vraiment voulu, tu fus mise à l’écart. On te regardait avec crainte et pitié. Agacée, attristée par ce comportement, tu te fis de plus en plus solitaire. Ta joie, si belle, s’évanouie au profit d’un début de dépression, et d’une langue venimeuse.

Tu te battais pour vivre. Pour trouver ta place. Alors, tu te délaissas. Tu mangeas de moins en moins. Tu travaillas avec acharnement. Tu en oubliais tes sentiments. Tel un roncier gigantesque, tu empêchais quiconque d’oser s’approcher, ne voulant pas voir en eux cette peur, cette pitié que tu détestais tant. Tu es quelqu’un de fier. Quelqu’un de fort, qui peut supporter beaucoup de choses. Mais pourtant, tu es si faible. Plus que tu ne voudras jamais l’admettre. C’est ainsi qu’il t’a eu. L’amour. Il t’arracha, branche par branche, cette solide armure que tu t’étais construite. Tu t’ouvris un peu plus. Ce fut une belle période dans ta vie. Pleines de tourments, de questions, d’hésitations... mais aussi de plaisir, de sourire, et de jeux. Tu te trouvas des amis. Tu t’ouvris. L’Autre, ce monstre qui rode dans ton esprit, c’était fait discret.

Tu étais redevenue la joyeuse enfant qu’autrefois. Tu restais têtue, fière, le sang bouillonnant et la langue acérée... C’est quelque chose qui ne te quittera probablement jamais. Mais tu t’étais assouplie. Lentement, tes piques cinglantes c’étaient faites moqueuses, taquines. Tes regards, pleins de défit et de colère, c’était mis à briller d’un éclat joueur. La vie t’avait semblée plus facile. Pour une fois, elle semblait valoir la peine d’être vécue. Tu ne survivais plus. Tu vivais.

Mais tu avais toujours le sang chaud. Cette envie de te battre. Ce renard, cette impuissance que tu as ressentis face à lui, t’as donnée cette envie de combattre encore et encore, afin d’être toujours plus forte, et ne plus jamais perdre un proche. Le comportement des autres, à te voir comme un démon, une intruse, alors que tu étais si jeune et maniable, t’avais inconsciemment poussé à devenir ainsi. C’est pourquoi tu es une battante, qui n’hésite pas à tuer pour se protéger de la tristesse, et de tous sentiments négatifs. C’est pour t’empêcher de perdre des proches que l’Autre est né. C’est pour empêcher les chats d’être proches de toi que tu es devenue distante. Et toute la joie que tu ressentais alors que ta relation évoluait avec Ombre de Nuit n’est pas parvenue à détruire ces deux pulsions, qui font partie intégrante de toi.

C’est pourquoi Étoile de Rêve rejoignit les cieux. Tu l’avais tuée pour protéger ta meneuse, pour protéger ton Clan. Mais aussi par plaisir. Non pas par plaisir de tuer, mais par plaisir de combattre. Et dans cette furie dévastatrice, tu en avais oublié une des règles fondamentales du Code.

« Un guerrier ne doit pas tuer son adversaire pendant une bataille, sauf pour défendre sa propre vie. »

À partir de ce jour, ce fut la décadence. Ton amant secret n’apprécié guère de t’avoir vue tuer sa chef, sous ses yeux. Pas plus que tes amis. Certains se montrèrent plus compréhensifs que d’autre. D’autres ures la politesse de ne pas t’insulter. La solitude et les remords rongèrent ton cœur. Les jours se firent longs, monotones. Tu n’avais plus envie de rien, pas même de lever les pattes. Mais jamais, JAMAIS tu ne te suicidas. Non pas que tu n’en avais pas le courage, loin de là. Simplement, tu chérissais tes cinq sens. Le contacte avec les feuilles, l’odeur de l’humus... Aussi stupide que ça puisse paraître, tu ne supportais pas l’idée de perdre ces sensations. Loin des autres, solitaire dans ton propre Clan, tu appris à savourer les choses simples. Tu n’avais plus rien. Ni famille : tes parents adoptifs étaient morts, tu avais tuée ta mère, et ton père devait te haïr pour cela. Ni ami : tu n’en avais pas dans ton Clan est tu ne sortais plus du territoire de celui-ci, par mesure de sécurité. Ni rien. Griffe de Puma, ton mentor, continua à te donner des cours. En parlant le minimum.

Tu n’avais rien, alors tu profitais de ce que tu avais toujours pris comme normal. Dans la douleur, et les larmes. Ta rancune envers les autres enfla. Et alors qu’elle atteignait son apogée, tu fus assassinée.

Toute la joie enfantine que tu avais pu porter dans ton cœur était morte ce jour même. Errer dans les ténèbres, seule, te bouleversa un peu plus. Dans la réalité, ton tourment ne dura qu’un instant. Mais pour toi, plusieurs lunes s’étaient passées avant ton retour à la vie. Et lorsqu’il arriva, alors que tu ne t’y attendais pas, tu avais changé.

Tu es devenue quelqu’un qui aime les plaisirs simples, et qui savoure chaque secondes de son existence. Tu ne vis que pour vivre un jour de plus. Tu continue de sucer sang et larmes pour ton Clan. Mais plus pour les mêmes raisons. Certes, des lambeaux de loyauté restent fermement ancrés dans ton esprit. Mais c’est surtout par fierté. Tu veux qu’il soit le meilleur. Le plus puissant, le plus intelligent. Tu discutes volontiers avec tous chats se présentant à toi, adoptant une posture plus ou moins amicale. Malgré tout, tu restes quelqu’un qui a de grosses difficultés sociales. Mais, à présent que personne ne te voit comme un démon, ce côté de ta personnalité te donne l’image d’une beauté à la langue acérée. Une rose, protégée par son roncier. Et comme chaque félin de ton Clan sait qu’il peut compter sur toi lorsqu’il a besoin d’aide, tu es appréciée. Ta beauté, bien entendu, joue là-dessus.

Tu es quelqu’un de complexe. Fière, tu t’emporte vite. Toutefois, pour cacher qui tu es, tu combats uniquement lorsque c’est nécessaire, lors d’une guerre par exemple, et prends bien garde à te maîtriser. Même si c’est particulièrement difficile pour toi. Tu ne considère personne comme proche de toi. Tu ne veux pas d’amis réel, ce serait prendre le risque de tuer quelqu’un en les défendant. Car tu es extrêmement loyale à tes allier. Presque plus qu’à ton Clan, à présent. Tu rejettes toute relation amoureuse. Catégoriquement. Même si ton cœur espère que quelqu’un force le chemin jusqu’à lui.

Tu es quelqu’un d’intelligent. Très intelligent. Voire rusée, et manipulatrice. Tu réagis vite, t’enflamme à la moindre étincelle, mais tes propos sont souvent justes et judicieux. Tu ne parles pas pour rien, sauf dans les moments où tes sentiments te submergent. Car tu es quelqu’un qui, en dépit de son comportement, est extrêmement sensible. Chacun de tes coups, lors d’une bataille, sont stratégiques. Ce n’est pas parce que tu perds facilement ton sang froid qu’il faut te prendre à la légère.

Tu es quelqu’un de fou. Tu aimes combattre jusqu’à ce que le sang gicle sur ton pelage. Tu aimes prendre des risques, frôler la mort. Te lancer des défit. Tu parles souvent seule, lorsque tu penses que personne ne t’entends. Tu parles avec l’Autre. Le seul que tu laisses approcher. Il était ton ennemi, il est devenu ton compagnon de route. Il ne sera jamais plus qu’une voix dans ta tête, une voix similaire à la tienne. Mais au moins, tu ne risques ni de le perdre, ni de le dégouter.

Tu es quelqu’un qui en vaut la peine. Malgré tes nombreux défauts, tu reste quelqu’un de merveilleux. Tu es gentille comme tout. Du genre à miauler férocement sur quelqu’un tout en le guidant jusqu’à l’antre du Guérisseur, s’il est blessé. Lorsque quelqu’un va mal, a le moindre problème, tu le sens. Et, si tu peux, tu l’aides discrètement. Tu as honte de ta gentillesse. C’est pour toi une forme de faiblesse. Malgré tout, tu es quelqu’un sur qui on peut compter. Quelqu’un avec qui il est dur d’être ami, il faut l’avouer. Très dur, même. Mais, peut-être que ça en vaut la peine.

Physique

En image pour les flemmards : http://images6.fanpop.com/image/photos/35300000/Cat-cats-35300377-1440-900.jpg (les yeux sont plus bleus que ça par contre, et son pelage un poil plus vers le doré).

Tu te faufilais entre les branches d’un arbuste. Les quelques restes de la rosée matinale s’éparpillèrent sur ton pelage d’or. Tu frissonnas imperceptiblement, cherchant à te délivrer des gouttes. Tu passas un rapide coup de langue dans tes poils mi-longs, leur redonnant un peu de leur lustre. Satisfaite, tu repris ta balade matinale parmi les plantes. Tes pattes puissantes te démangeaient voracement, et bientôt te voilà qui galopais entre les arbres. Tes muscles se contractèrent sans peine, te propulsant toujours plus loin. Toujours plus vite. Parfois, tu allais jusqu’à planter tes longues griffes dans la terre gadoueuse, dans le but de bondir plus loin. Tu volais au dessus du sol, plus que tu ne courais. Malgré tes légèrement pattes courtes, tu te savais capable de courir plus longtemps que la moyenne. Certes, tu repasserais pour ta discrétion, mais personne ne t’en tiendrait rigueur.

Tu avais confiance en ton corps. Il était grand, puissant. Tu dépassais la plupart des femelles d’une bonne tête. C’est pourquoi, bien qu’étant plus larges et plus musclés qu’elles, tu restais relativement fine. Ton pelage, ni trop long, ni trop court, dissimulait bon nombre de cicatrices. Il était doré, clair et coloré, d’une teinte à la fois douce et sublime. Semblable aux rayons du soleil se glissant entre les feuilles. Tu étais tigré de noir un peu partout, chose qui avait le don de souligner tes courbes gracieuses. On en oubliera presque tes pattes trop grandes, ta queue trop longue, et tes oreilles trop hautes. Sans parler de la belle balafre qui orne ton cou, tout juste dissimulé sous ta fourrure. Heureusement pour toi, cette vilaine cicatrice, surement la plus horrible de toutes, est peu visible.

Beaucoup de chats s’accorderont sur le fait que tu es belle. Tu attires l’attention, c’est indéniable. Dans cet amas d’or qu’est ton pelage, l’on trouve deux diamants insoutenables. Tes yeux sont d’un bleu clair presque blanc, limpide, faisant penser à la glace de la saison froide. Tu uses régulièrement de ce regard pénétrant pour déstabiliser tes adversaires, comme tu avais l’habitude de le faire avec ton ancien corps, et les yeux rouges qui le caractérisaient.

Cette créature d’or et de lumière, c’est toi. Un corps fait pour se battre. Un corps fait pour qu’on le regarde. Un corps fait pour toi.  


Histoire

Sa vie avant sa renaissance.:
 

Au début, je ne comprenais rien.
— Pousse ! Oui, comme ça !
Ma naissance se fit dans les cris et les larmes. Mais devrais-je dire ma renaissance ? Je vais vous expliquer.

J’étais, auparavant, une apprentie du Clan de la Lune Noire. Suite à un tragique accident avec un renard, je perdis mes deux parents. En compensation, le destin m’avait fait présent de deux cadeaux : des yeux rouges, et un traumatisme. Le Clan me traita rapidement comme un démon, une personne à ne pas approcher. Pour leur gouverne, je me suis progressivement renfermée sur moi-même, développant un sale caractère qui ne facilitait pas les choses.
Mon enfance c’est faite dans la solitude.
Sans que personne n’y prenne garde, mon traumatisme a grandit. L’Autre était né.
Il était ma haine et mon désespoir envers le monde. J’avais voulu de l’attention. De l’affection. Je n’avais eu que dégout et peur.
L’Autre aimait se battre. Il me fit partager cet amour. En chasse, j’ai toujours était ridicule. Mes postures ont la grâce d’un blaireau ; ma discrétion égale la foudre frappant le sol. Mais je suis douée au combat. Depuis toujours. Même quand j’avais un corps élancé, racé, taillé pour la chasse. Grâce à l’Autre. Je le rejetais, je l’ignorais. Je me vouais corps et âme à mon Clan, espérant que la vie me sourirait.
J’en ai oublié l’Autre.
Je me suis fait des amis. J’ai ris. J’ai aimé.
Griffe de Puma, mon mentor, fit office de mère. J’étais enfin heureuse. Tout s’arrangeait. Bientôt tu seras Guerrière, qu’elle me disait. Ça me faisait sourire.
J’en oubliais qu’Ombre de Nuit, mon amant, était le Guérisseur du Clan des Arbres.
J’en oubliais que mes parents étaient morts.
J’en oubliais que l’Autre logeait dans mon ombre.
Erreur.
Le destin a rassemblait des chats de tous les Clans. Étoile des Enfers m’a provoqué. L’Autre à ricané. J’ai bondis, tous crocs dehors. Le combat, la bataille avait débutée. Par ma faute. Je me suis battue avec une joie cruelle. Le sang coulait. C’était grisant. Facile. Puis tout c’était arrêté.
J’avais les crocs dans la gorge d’une chatte ivoire. Étoile de Rêve. Meneuse du Clan des Arbres. Elle était morte. De ma patte.

Ombre de Nuit ne m’avait plus adressé la parole. Les chats de tous les Clans m’évitaient. J’étais encore plus seule. L’Autre me trouvait pathétique. Je pleurais.

On me tua. Qui ? Des inconnus, des chats de mon Clan ? Qu’importe, tous me haïssait. Ma mort ne fit pas scandale. On ne me pleura pas. On ne pleure pas une meurtrière. Et j’étais considérée comme telle, à présent. Mon nom était connu comme étant celui d’un monstre. Un monstre qui avait tué l’une des meilleures meneuses qui n’eu jamais était.

Je ne connus pas les terres du Clan des Étoile. J’atterris dans un endroit sombre, sans espoir. Sans murmures. Le silence devint mon seul compagnon pendant les temps à venir. Chaque seconde se mua en lune, en année, en siècle. J’étais incapable de déterminer depuis quand j’étais là. Mais j’étais seule. Dans le noir. J’en devins folle. Je me perdis dans les ténèbres. J’errais, l’âme en peine, à la recherche d’une sortie. Mon corps n’était plus qu’un fardeau. J’aurais tout donnée pour mourir une bonne fois pour toute.

Tout plutôt que d’être seule, dans le noir.

La douleur avait fusée sans prévenir. Brusque. Chaude. Les ténèbres, autour de moi, c’était éclaircies. Puis vint le froid. J’étais trempée. Des langues cherchèrent à me réchauffer. Je ne comprenais rien, mais savourait cette présence de vie.
—C’est une fille !
— Tu as vue ses yeux ? Ils sont magnifiques...
— Comme les tiens..., susurra le père.
Il y eu un cri.
— Pousse ! L’autre arrive !
Une boule de poil humide me rejoignit. Elle se blottit contre moi. Je fis de même en essayant d’ouvrir les yeux encore plus grands. Je ne voyais pas grand-chose.
— Voilà... Deux petites en parfaite santé !
— Elle est toute petite, s’inquiéta la mère en léchant la seconde venue.
— C'est parce que l’autre a prit toute la place, rit le mâle.
Je clignais des yeux, observant sans comprendre ce monde de tâches floues.
— Que dirais-tu de Petit Ciel et Petite Rose ?

J’étais vivante. Je souris.
Je ne gaspillerais pas cette seconde chance.
Cette fois, je deviendrais Guerrière. Je ne serais plus seule.
L’Autre rit. Je l’accompagnais dans sa joie.
Parmi les ombres, il était rapidement devenu mon seul compagnon. Je le voyait comme un ami, un conseillé, plus qu’un démon. Ce n’était qu’un traumatisme. Il n’existait pas. Mais c’était sans importance. Perdre la raison a des avantages.

Jour après jour, je me fondis dans la masse. Personne ne devait savoir. Personne ne devait comprendre qui j’étais réellement. Que Nuage Sanglant, la meurtrière, était de retour. Sous ma nouvelle identité, j’avais tout ce dont je n’avais jamais osée rêvér.
C’était trop beau pour être vrai.



Je me fis plus nulle que je ne l’étais au combat, connaissant déjà la plupart des techniques. Pour la chasse, se ne fut pas bien difficile de passer pour une apprentie. Surtout que je devais apprendre à gérer ce corps qui était à l’opposé de mon ancien. Dans mon autre vie, j’avais était grande, haute sur patte, tout en finesse. À présent, j’étais puissante, musclée. Plus forte. Moins frêle.

『 Le temps passe – 5 lunes et 16 jours 』

— Je... Je ne le dirais à personne..., gémit la chatte au pelage doré.
Je soupirais calmement en me retournant. Loin derrière moi, la queue d’Ombre de Nuit disparaissait sous un buisson. Je venais de lui avouer qui j’étais, poussée par les étranges sentiments qui se battaient en moi. J’avais espéré voir en lui du soulagement. Aussi, avais-je tristement accueillit son dégout. À son regard, j’avais su qu’il me croyait. Les étoiles lui avaient-elles parlé de mon retour ? J’en doutais. Peut-être me connaissait-il tout simplement trop bien. Quoi qu’il en soit, il m’avait rejeté sans hésitation. Je sentais les larmes ronger mon cœur. Ce n’est pas l’heure pour pleurer, me rabrouais-je. J’avais l’habitude de souffrir, après tout. Ce n’était qu’une épine de plus dans mon crâne.

Et c’est à présent, le cœur brisé que je faisais face à ma sœur. Elle nous avait épiés.
— Je ne te crois pas. Tu as toujours dévoilé tous mes secrets, grommelais-je en m’approchant d’elle.
Petite Rose me noya de mensonges larmoyants que je ne pris pas la peine d’écouter. J’avais plus urgent à faire.
Elle savait qui j’étais.
Si elle parlait, adieu ma vie parfaite. Adieu mes amis, mes joies, mes parents. Bonjour la solitude. Et elle parlera, j’en étais sûre. Elle n’avait jamais su tenir sa langue. Je l’aimais bien. Je souris largement en dévoilant mes crocs.
— Je t’aime, sœurette, tu sais. Tu es adorable. Je n’ai jamais eu de sœur, avant.
Elle se tu, les yeux brillants d’incompréhension et d’espoir. Mon cœur s’emballa. Un gout amer me remplis la gorge. Pourquoi avait-il fallut qu’elle nous remarque ? Qu’elle sache ? J’aimais bien l’idée d’avoir une sœur, même si j’avais toujours était distante par sécurité. Et alors ?, me souffla l’Autre. Elle sait.
Tout remords disparu. Je bondis. Une joie folle brulait mes yeux, prenant forme de larmes. Je ne pus contenir un gloussement.
— Arrête Petit Ciel ! Hurla ma proie avec désespoir.
Je lui léchais l’oreille. Elle ne chercha pas à fuir.
— Tu ressemble beaucoup à Maman, tu sais ? Enfin, ma nouvelle mère...
— A-Arrête, Nuage Sanglant..., pleurnicha Petite Rose.
Je gloussais.
— Adorable.

『 Indéterminé 』

Je ne pus échapper à mon nom maudit. Nuage Sanglant. Suite à la tragique mort de ma sœur, « qu’un éboulis avait happé sous mes yeux », on m’avait nommée ainsi. Preuve, peut-être, qu’on commençait à oublier la véritable Nuage Sanglante. Celle qui, quelques lunes plus tôt, avait tuée Étoile de Rêve. Pourquoi ce nom, encore ? Peut-être car, pour plus de réalisme, je m’étais dissimulées sous les pierres. Avec elle. Son corps sur le mien. Son sang coulant sur mon pelage.
Lorsqu’une patrouille était arrivée, j’avais pleurée à en mourir. Je saignée d’avoir perdu Ombre de Nuit à jamais. Au fond de moi, j’avais toujours couvée l’espoir de fonder une famille avec lui. En vain.
Il sait, m’avait rassuré l’Autre. Tu sais ce que tu dois faire à ceux qui savent. À ceux en qui tu n’as pas confiance.
Oui, je le savais.

『 7 lunes plus tard – 13 lunes et 3 jours 』

Mon baptême de Guerrière arriva. Dès que j’en eus la force nécessaire, je faussais compagnie au Clan, lors d’une nuit sans lune. Heureusement, le Guérisseur avait eu l’intelligence de ne rien dévoiler de mon secret. Du moins, semblait-il, car personne ne m’avait menacé, ou parlé de mon ancienne identité.

Le lendemain, il fut retrouvé noyé. Il aurait glissé en essayant d’attraper une plante. Personne ne savait pourquoi il était sortit si tard. Personne, sauf moi. J’avais souris devant la tristesse de ces crédules. Le deuil avait cependant bien vite éteint ma joie. Jamais plus il ne me dirait « je t’aime ». Il ne m’appartenait plus. Je l’avais perdu.

『 Des lunes plus tard – 38 lunes et 18 jours 』

Je suis Nuage Sanglant. Je suis morte, il y a 38 lunes, pour avoir tuée une Chef.
Aujourd’hui, mon cœur bat.
Dans un autre corps. Un corps qui me correspond mieux.
Je ne suis plus tout à fait seule, même si ne peux me confier à personne. Même si je ne peux aimer.
Peut-être que quelqu’un se doute de quelque chose. Je dois veiller à ce que le secret soit oublié. Par chance, on ne parle plus beaucoup de celle qui égorgea Étoile de Rêve. Petit à petit, on m’oublie.
Mais je dois rester prudente.

Demain est un autre jour.

Un peu de vous

▬ TON PRENOM : Alice.
▬ TON PUFF : Katuro.
▬ TON ÂGE : Ah ah 8D
▬ CODES DU RÈGLEMENT : Je l'ai écrit :D
▬ COMMENT TROUVES-TU LE FORUM : C'est vide D8 /pan/ Nan, sérieux, j'ai rien à dire dessus, il reste un tas de choses à faire et c'est pas parfait, mais je pense qu'on peut être fière de notre boulot, n'est-ce pas Flammy ? xD
▬ MANQUE-T-IL QUELQUE CHOSE : Des gens !
▬ COMMENT L'AS-TU DECOUVERT: Nope, j'ai juste vu que Flammy essayée de ré-organiser le fow, et comme ce fut mon tout premier forum RPG, j'ai essayé de passer outre le BAC et ma vie privée pour lui coder ce petit bébé ♥ (Oui, je sais, j'ai beaucoup de travail à faire niveau codage, mais oh, pour quelqu'un qui avait jamais touchée au CSS et aux templates de sa vie, c'est pas si mal, nan ? D8)
▬ AUTRE : Merci Flammy pour avoir partagé sa flamme avec moi, je suis heureuse que ce fow renaisse ♥
Ah, et oui, je sais, ma prez est pourrie, mais bon, toute la partie "Sa vie avant sa renaissance", je l'avais écrite ya plusieurs mois, et j'ai la flemme de corriger les fautes tant il y en a... Puis le reste, je l'ai bâclé, je l'avoue, parce que je sais que personne ne lira cette présentation xD

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

« Au coeur flamboyant comme les feuilles »
avatar

Messages : 11
Inscrit le : 05/04/2015

Âge : 45 lunes

« Au coeur flamboyant comme les feuilles »
MessageSujet: Re: Paradis Sanglant║Demain est un autre jour. Ven 21 Aoû - 15:09
Super histoire, à ton habitude :)
J'ai eu peur que tu nous quitte 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage



Invité.
Invité
MessageSujet: Re: Paradis Sanglant║Demain est un autre jour. Ven 21 Aoû - 15:15
Merci ♥
Mais nan, je quitterai jamais ce fow, je l'aime trop, c'est un joyau ! xD
Superbe signa, au passage ♥
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage

« Au coeur flamboyant comme les feuilles »
avatar

Messages : 11
Inscrit le : 05/04/2015

Âge : 45 lunes

« Au coeur flamboyant comme les feuilles »
MessageSujet: Re: Paradis Sanglant║Demain est un autre jour. Ven 21 Aoû - 15:18
Merci 8D La tienne et magnifique aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage



Invité.
Invité
MessageSujet: Re: Paradis Sanglant║Demain est un autre jour. Ven 21 Aoû - 23:09
Merqui, Fly fait toujours des trucs fabuleux ♥
Présentation finie, je la lock et la range où il faut ;3 Par contre, je suis certaine que personne ne la lira, elle fait 3km xD
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé.
MessageSujet: Re: Paradis Sanglant║Demain est un autre jour.
Revenir en haut Aller en bas

Paradis Sanglant║Demain est un autre jour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Demain sera toujours un autre jour.
» Jour 3 - Un autre meurtre, un autre jour!
» Jake Cooper → Demain est un autre jour
» Un jour s'en vient, l'autre jour s'en va...
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LGDC New Beginning :: Côté RPGTitre :: Présentations :: Présentations Abandonnées-